Tom Hooper à 15 ans lorsqu’il décide, pour venir en aide à son père extrêmement maladroit, de fabriquer des montures de lunettes, les plus résistantes qui soient. Tom est issu d’une famille d’ouvriers et il risque la honte pour avoir développé une passion aussi coquette. Dans sa famille, on marche à la dur et on prend rarement le temps de rêver. Vous vous souvenez de Billy Elliott ? 

Tom pourtant grandit avec cette passion et des premiers modèles faits dans sa chambre, il commence à vouloir travailler avec les artisans lunetiers de son quartier de Hackney. C’est sur les conseils d’un vieil ami de son père qu’il embarque à l’age de 20 ans sur le Flore, un trois mats magnifique à destination de Venise… Mais c’est dans la cale qu’il voyage. 

Au cours de son périple et lors d’une escale dans le sud de la France, il aura le temps de faire la connaissance de Grace, jeune aristocrate Anglaise envoyée par son père à l’étranger pour apprendre le Français et les affaires. Grace est éblouissante et un peu myope également, elle porte en permanence de grosses lunettes et Tom décide de lui dessiner un modèle sur mesure, « Pour habiller le regard d’un ange dit-il », elle ne l’oubliera jamais. 

Pris par le capitaine au large des cotes espagnols, Tom est mené au bout de la planche et alors que les premiers requins s’agitent quelques mètres plus bas, il remarque in extremis que le second du navire en charge de tenir le cap du Flore louche énormément. Il saisit sa chance et promet au capitaine de réduire la durée du reste du voyage par deux, au moins. Amusé par la situation, le capitaine décide de lui donner sa chance. Tom dessine un nouveau modèle de lunettes pour le second, qui n’a plus peur de les porter en public. Le Flore arrive à bon port 6 jours avant la date prévue et le capitaine laisse filer Tom en lui confiant l’adresse d’une de ses maitresses.

C’est véritablement là que commence l’enseignement de Tom Hooper. D’abord logé chez la maitresse du capitaine qui tient salon pour le tout Venise, il fait la rencontre des meilleurs artisans et apprend le métier d’opticien miroitier. Façonnant maintenant les verres et les montures comme personne, il est appelé pour habiller le Doge à l’occasion du carnaval et développe à cet instant le gout de l’excellence. Il commence à voyager dans toute la vieille Europe et perfectionne son art au fil des rencontres. C’est une période faste pour Tom, il à maintenant presque 30 ans.

C’est par une lettre envoyé au domicile de son mécène que Tom apprend le triste sort de ses parents. Son père et sa mère sont malades et menacés d’expulsion si il n’arrive pas à payer les dettes accumulées par la petite entreprise familiale. 

Avec ses économies, Tom décide de rentrer immédiatement à Londres et paye la dette de ses parents. Il les sauve d’une mort certaine mais renonce à sa passion et aux lunettes pour se consacrer à leur santé et à la sauvegarde de l’entreprise familiale.

Ce n’est que 200 ans plus tard que l’on retrouvera dans un coffre au sous-sol d’une vieille bâtisse  les plans de ses montures et les souvenirs de la vie de Tom, son journal tenu semaines après semaines nous aura permis de dater cette histoire et de lui donner un nouveau nom : 

Tom Hooper, montures de caractère.

Nous avons depuis ce jour à coeur de rétablir les valeurs de Tom, c’est sa signature, la finesse de son travail et son héritage culturel que nous défendons, jour après jour, dans notre usine jurassienne. 

#BELIKETOM #PEOPLEOFTOMHOOPER #BEAUTIFULPEOPLE 

Nos lunettes sont plus résistantes que la moyenne.

Nos branches sont rivetées entre elles et montées avec une presse de rivetage manuelle qui garantit le respect de la plaque d’acétate, à l’inverse d’un procédé industriel dans lequel on vient « SHOOTER » l’assemblage, ce qui à tendance à fragiliser la monture toute entière et réduire son coefficient de torsion, les rendant moins résistantes dans leur utilisation au quotidien.

Lorsqu’une pression est effectuée sur nos lunettes à l’endroit exacte de cette jonction, les rivets vont se désenchasser, sans abimer le reste de la monture. 

Ils sont donc remplaçables et rendent les lunettes plus souples et plus résistantes. (Ceux qui oublient leurs étuis, on vous voit).

Nos lunettes sont faites pour être portées au quotidien.

Leur design simple n’enlève rien à leur finesse et vous accompagneront partout, que vous soyez en ville ou à l’atelier, au bureau ou dans les transports.


Aucun produit

A determiner Envoi
0,00 € Total

Acheter